FR | ES | EN

FSM 2005

LES AUTEURS


RSCD Resource and Support Center for Development


Initiatives
Politiques Publiques et la relation Etat-Citoyens

Paix et sécurité en Asie et dans le monde

Ecologie Industrielle – Une nouvelle plate-forme de planification pour les pays en voie de développement

Invitation au Dialogue Interculturel Chine-Inde

Naissance d’un comité de coordination pour la participation de l’Alliance au Fsm de Mumbai

Processus préparatoire pour le lancement d’un Parlement Mondial

Alliance Mondiale de l’Eau

La Charte des responsabilités humaines

Toutes les initiatives pour le FSM en Inde

Atelier de renouvellement des traditions culturelles et religieuses pour la citoyenneté et la paix

-> tous les articles

 

Démocratie de base par des femmes participant dans la gouvernance

Intitulé de l’activité : Démocratie de base par des femmes participant dans la gouvernance
Date et lieu : Demandée le 19 janvier pour le FSM
Organisation à l’origine de la proposition : Centre de soutien et de ressources pour le développement (RSCD)
RH-IV/C-4, SECTOR 9
C.B.D. BELAPUR, NAVI MUMBAI - 400 614
MAHARASTRA, INDIA
Autres organisations parties prenantes : Mahila Agadhi-MRA, Janpath Vikas Manch (JVM), Maratwada Lok Vikas Manch (MLVM), Vidharbha Lok Vikas Manch (VLVM), Konkan Vikas Samnvya Vashpith (KVSV).

Raisons et contexte : Si nous étudions l’histoire indienne, il existait une clause selon laquelle dans chaque Grampanchayat (secrétariat de village), au moins deux des membres devraient être des femmes. Dans ce cas aussi des femmes des classes supérieures étaient nommées et leur participation se bornait à signer le registre panchayati chez elles.

Il y a quelques exceptions mais les femmes ne pouvaient pas revendiquer ni leurs droits sociaux ni leurs droits politiques.

Le 73ème amendement de la constitution indienne a prévu un quota de 33% pour les femmes dans les institutions des PRI (gouvernance des villages). Légalement, les femmes peuvent maintenant acquérir plus d’un siège lakh dans les institutions PRI. Si ces femmes participent au fonctionnement des PRI elle pourront prouver leur engagement dans la gouvernance.

Principal thème traité abordé : Les femmes en tant que membre de la gouvernance des citoyens :

L’importance du problème tient au manque de participation des citoyens à la gouvernance, en particulier des femmes sous le système patriarcal qui est également politique, tout en étant économique et culturel. Seule une campagne spécifique avec un objectif clairement défini peut créer l’urgence, mobiliser la population et convertir toutes les ressources possibles pour soutenir une action de masse, une continuité et un suivi du développement global des citoyens.

Un programme ou des efforts parcellaires, isolés ou à un niveau minimal seront inutiles. Si la société doit devenir indépendante et inspirée de dignité humaine, la responsabilité de la démocratie de base repose aussi sur les épaules de citoyens qui sont authentiquement concernés et affectées. Ceci entraînera une plus grande transformation des sociétés. La confiance en l’efficacité des citoyens, en particulier des femmes qui veillent à satisfaire les besoins fondamentaux de la famille et à assurer sa subsistance est également un facteur important indispensable à la gouvernance actuelle qui se concentre surtout sur la macro-économie. Cette approche permet d’attribuer une valeur à la gouvernance des citoyens. C’est également devenu un article de foi.

On dit également que "le rôle des femmes dans la démocratie" est une stratégie efficace qui génère du pouvoir de la part des citoyens. La gouvernance des citoyens peut être un procédé d’autonomisation qui peut fonctionner en relation avec d’autres changements de la société. Le développement doit être mesuré à l’échelle de la liberté obtenue – liberté par rapport à la discrimination, à l’oppression et à la domination des forces politiques et culturelles de connivence avec les forces multinationales.

Alternative proposée à un futur changement social : Autonomisation de Gramsabha (assemblée de village avec les personnes inscrites sur la liste des électeurs) et de Women Gramsabha où les femmes peuvent prendre une part active aux décisions concernant le développement du village.

Décentralisation financière et contrôle à Gramsabha qui décide du plan de développement nécessaire et des subventions budgétaires accordées par l’Etat. Décentralisation politique pour le partage du pouvoir politique avec un grand nombre d’acteurs du développement. Stratégie de mise en oeuvre : Accent mis sur la Gouvernance, son impact sur les problèmes de subsistances concernés.


-  Susciter une prise de conscience pour donner aux femmes une autonomie psychologique.
-  Renforcement des capacités pour optimiser leurs ressources humaines, leur affirmation de soi et leur conscience politique
-  Mettre en place un procédé de formation des cadres pour les leaders femmes identifiées
-  Faire connaître les schémas et procédures administratives, les facilités de crédits, le système PRI de gouvernance etc.
-  Communiquer l’art et la manière de négocier en agissant pour le bien collectif
-  Mahila Agadi (Front des femmes)en tant que collectif soutenu par le réseau
-  Constituer une alliance avec les acteurs et des organisations de même opinion et former un collectif d’agents de macro-changements
-  Equité entre les sexes dans tous les domaines de la gouvernance
-  Liberté issue de la discrimination basée sur le sexe
-  Propriété collective d’un terrain commun au village et d’autres ressources
-  Ressources du village à identifier comme faisant partie de la mobilisation des ressources locales
-  Propriété conjointe du terrain du mari et de la femme lors de l’enregistrement au cadastre
-  La législation foncière doit être modifiée pour supprimer toute forme de discrimination basée sur le sexe

Les stratégies susmentionnées devraient être mises en place par un groupe de 250 militantes de base à travers des jeux de rôle, du théâtre de rue, expérience partagée par des femmes chargées de la gouvernance avec des sessions de questions-réponses, des programmes audio-visuels, des chansons de mouvement, etc.

Mots-clefs : De nouvelles voix dans les mouvements sociaux ; Hommes & Femmes : Egalité des sexes, droit de gagner sa vie en étant à la gouvernance.

Liens avec d’autres activités de WSF 2004 : Exclusion, Discrimination et oppression

 

| Alliance for a Plural, United and Responsible World |