| Initiatives | Infos pratiques | Ressources et Documents | Participants |
| Rapports | Témoignages | Méthodologie |

 

 

LES AUTEURS



Initiatives

- Université et société civile : une nouvelle alliance est possible

- Invitation aux allié(e)s qui iront au Fsm à être des animateurs des "dialogues de rue" à Porto Alegre

- Responsabilité sociale et commerce éthique et solidaire : des pratiques complémentaires

- Notion de richesse et égalité de genre en économie

- Peut-on démocratiser les religions ?

- Economie solidaire, commerce équitable et autorités locales

- Activités du Chantier monnaie sociale

- Toutes les activités inscrites par les alliés et les partenaires

- Autonomie, culture et économie solidaire

- Liste des activités inscrites par le Pôle de socio-économie solidaire

-> toutes les contributions

 


| Español (original) | English |

Accueil > Initiatives

Notion de richesse et égalité de genre en économie

Traduction automatique légèrement révisée
Publié le 14 février 2005

Titre de l’activité :

Séminaire : « Notion de richesse et égalité de genre en économie »

Espace dans lequel est située l’activité :

Espace 6 : ÉCONOMIES SOUVERAINES POUR ET PAR LES PERSONNES

Partenaires de l’activité :

Chantier femmes et Economie du PSES,
Réseau Intercontinental de Promotion de l’Economie Sociale et Solidaire(RIPESS)
la Marche Mondiale des Femmes

Thèmes et/ou activités avec lesquels vous aimeriez vous relier :

Il serait bon de se coordonner avec le Chantier « Rôle des femmes dans l’économie solidaire", organisé par le Forum brésilien d’Économie Solidaire , avec le Séminaire, : "Changer l’économie, changer la société, les propositions du féminisme", organisé par le Red Latinoamericana Mujeres Transformando la Economía, et le Séminaire de Synthèse sur l’Économie Sociale et Solidaire, organisé par RIPESS.

Profil de l’activité (tel qu’indiqué sur le site du FSM) :

L’égalité des genres représente un défi dans la reconstruction de relations économiques basées sur la solidarité. Tant au Nord qu’au Sud, il est évident que les hommes et les femmes ont un accès, des positions et des niveaux inégaux de bien-être dans l’économie. Inverser cette situation exige de mettre à plat les relations économiques de pouvoir et de hiérarchie fondées sur le genre, et leurs liens avec le processus économique lui-même.

La notion de richesse imposée par l’économie mercantile, c’est-à-dire la maximisation du profit, est réductrice et limite la compréhension de l’économie aux simples transactions monétisées enregistrées sur le marché. Dans cette logique, les tâches nécessaires au maintien de l’existence humaine, lesquelles sont assignées socialement aux femmes, ne sont pas considérées comme des activités économiques. Cela produit non seulement des désavantages certains en termes d’autonomie économique pour les femmes, mais plus que cela, cette situation est fonctionnelle à la réduction des coûts dans les transaction de marché et de l’État, elle est inhérente au modèle même d’accumulation.

Dans le cadre d’initiatives pour rétablir les besoins de personnes comme le but de l’activité économique, il faut affronter la validité de ces visions théoriques, et d’éléments prenant appui sur le bon sens qui permettent à cette situation de se maintenir en place, et proposer des mesures pour construire l’équité des genres en économie, et par là, dépasser les désavantages encourus historiquement par les femmes.

Un panel aura lieu avec cinq intervenantes qui représenteront des pays du Nord et du Sud. Le temps prévu pour chaque présentation est de 20 minutes. Les participants seront invités à mettre des questions par écrit, ensuite, chaque intervenante aura 10 minutes pour une intervention complémentaire.

Intervenantes :

Madeleine Hersent (Mouvement pour l’Economie Solidaire, MES France)
Éthel Coté (North American Network for the Solidarity Economy - NANSE)
Magdalena León (Red Latinoamericana Mujeres Transformando la Economía - REMTE et Marche Mondiale des Femmes)
Djakagbe Kaba (Groupe d’Économie Solidaire de Guinée et Marche Mondiale des Femmes)
Participante d’Asie à confirmer

Modération : Nedda Angulo (Grupo Red de Economía Solidaria del Perú - GRESP)

Mots-clé :

Notion de richesse, production, reproduction, division sexuelle de travail, équité.

Cette activité est-elle en lien avec une activité organisée lors d’un FSM précédent ? Laquelle et quand ?

Cette activité vise à continuer le travail de reconnaissance de la contribution des femmes au développement économique et social, mené à travers des ateliers d’analyse d’expériences dans les dernières éditions du FSM à Porto Alegre, ainsi qu’à Mumbai, par le Chantier Femmes et Économie du PSES.

Buts de l’activité :

Produire des débats et des propositions pour faire face aux inégalités dans l’accès et le positionnement des hommes et femmes dans l’économie, et élaborer une synthèse de ces débats pour leur inclusion dans le calendrier du mouvement de l’économie solidaire.

Problèmes (défis), pratiques (expériences) et propositions que vous entendez présenter lors de cette activité :

Cette activité cherche à introduire des questionnements, des expériences et des propositions pour affronter une théorie économique qui se révèle insuffisamment objective, puisqu’elle ne prend pas en considération des circuits économiques et de travail qui transcendent la logique du marché, raccourcissant ainsi la vision d’une économie qui ne vise qu’à obtenir et à maximise des gains et génératrice de situations d’inégalités dans l’accès et le positionnement des hommes et des femmes.

 

 
 

| Voir les archives du FSM 2004 à Mumbai (Inde) |

ALLIANCE POUR UN MONDE RESPONSABLE, PLURIEL ET SOLIDAIRE