International Network in Environmental Education

Accueil > Εxpériences éducatives > Formation et recherche - évaluation des projets > Argentine - Eléments pour un programme d’Education à l’Environnement pour le (...)

Argentine - Eléments pour un programme d’Education à l’Environnement pour le développement soutenable

1999, par CTERA (Argentinean Confederation of Education Workers)

Présentation

La CTERA par son Ecole de Formation "Marina Vilte" développe un projet de formation des maîtres de tous niveaux et de toutes spécialités du système éducatif. Un des axes de travail est le programme d’Education à l’environnement pour le développement soutenable dans lequel ont été réalisés depuis plusieurs années des cours, des séminaires, des ateliers, des journées, pour lesquels nous enregistrons un intérêt et une demande croissants tant de la part des éducateurs que des étudiants, des ONG et des institutions officielles ou privées.
L’Education à l’Environnement, malgré sa relative jeunesse, a pénétré avec force dans les curriculums du système éducatif tant au niveau formel qu’informel ; ceci crée une forte demande d’engagement s’adressant aux enseignants.
Malheureusement cette exigence n’a pas eu le caractère préventif que nous aurions souhaité et il en résulte la destruction, la non utilisation, la dégradation, l’abus et la pollution qui caractérisent clairement la crise de l’environnement ainsi que le caractère non soutenable du modèle de développement imposé par le néolibéralisme.
Néanmoins, malgré l’insertion de ces thématiques dans les programmes scolaires, on doit remarquer que dans la formation des enseignants on a coutume d’avoir un regard absent de critiques sur l’incidence claire et directe que le modèle de développement social, politique et économique en vigueur a sur cette situation désastreuse ; on évite ainsi la nécessaire politisation des analyses, des recherches et des solutions possibles.

L’éducation et la formation à des compétences nouvelles seront forcément le substrat des changements possibles vers un futur soutenable, mais ceci ne sera pas réalisable sans une efficace prise de positions, la participation, l’engagement et la création de nouvelles rationalités productives capables de dépasser le discours conservateur afin d’adopter de nouvelles attitudes éthiques, sociales et culturelles qui doivent être les moteurs pour assurer le passage vers une nouvelle rationalité, moderne, révolutionnaire, productive et démocratique.

Sans doute, il est nécessaire de créer une conscience environnementale dans toutes les activités qu’elles soient scientifiques, technologiques, culturelles, sociales, économiques, c’est-à-dire l’appropriation subjective d’un savoir environnemental nouveau. Ce savoir devra être critique, basé sur la réflexion et dynamique. En même temps il faudra créer des stratégies de pouvoir capables de mettre un terme à l’accumulation des problèmes environnementaux actuels qui si ils continuent au rythme actuel rendraient non viable toute proposition de changement vers la soutenabilité et la rationalité environnementales.
Il s’agit alors d’une part de rassembler des connaissances scientifiques, technologiques et socialement valables, capables de construire des alternatives viables à opposer au modèle hégémonique présenté comme naturel et immuable ; d’autre part de transformer ce savoir en pouvoir social capable de regrouper les forces nécessaires pour changer la réalité destructrice et accablante qui s’appuie sur des intérêts qui bien que puissants n’en sont pas moins discutables d’un point de vue aussi bien scientifique qu’éthique.

Créer une science sociale nouvelle, construire avec des approches plurielles, démocratiques, éthiques ; non seulement travailler avec l’interdisciplinarité, prendre en compte la complexité en acceptant le "désordre", la chaos et l’incertitude comme partie intégrante de notre champ de connaissances, mais aussi construire les nouveaux savoirs afin d’employer cette connaissance comme instrument de changement pour organiser la société en établissant les réseaux sociaux qui puissent nous permettre de trouver des alternatives qui mettent en question le pouvoir absolu des marchés en exigeant le respect des droits humains, sociaux et civils. Il faut transformer les consciences et en même temps les comportements des êtres humains. Voilà l’orientation que nous voulons donner à ces séminaires et aux autres activités qui vont se dérouler au cours de cette année dans le cadre de ce programme d’Education Environnementale pour le Développement Soutenable, une orientation qui mobilise nos énergies, qui nous implique comme sujets actifs de l’histoire et comme moteurs d’un changement qui, s’il est seulement théorique ne nous sert à rien.

Nous souhaitons aller vers un changement qui puisse nous permettre, à nous enseignants, de retrouver le sens de nos pratiques et de reconstruire en même temps, depuis nos lieux de participation, de militantisme ou de travail, la rationalité d’un contrat social aujourd’hui biaisé par l’irrationalité économique et la déshumanisation.
Que ceci nous aide à démasquer les discours écologistes employés comme "slogans" par les différents secteurs du pouvoir en place, par beaucoup d’organismes internationaux et par autant de scientifiques "neutres" qui essayent de cacher par un réflexe technocratique de glorification inconditionnelle que les processus de développement actuels ont dissocié la science de l’éthique et qu’ils nous emmènent inéluctablement vers l’autodestruction.
Que ceci facilite pour nous-mêmes, pour notre peuple, pour notre société civile, la reconstruction des alternatives pour se référer, avec générosité, solidairement et globalement à de nouveaux paradigmes : diversité, complexité et soutenabilité qui éviteront que la satisfaction de nos besoins d’aujourd’hui compromette le futur de l’humanité.


Références :
Construisons la pédagogie du développement soutenable, par Norma TAMBOLINI.
Education à l’Environnement et développement soutenable, par Enrique LEFF.
Nouvelles stratégies pour le développement rural soutenable, par David BARKIN.
Interdisciplinarité et systèmes complexes, par Rolando GARCIA.
Pour une pédagogie de la complexité pour le développement soutenable, par Carlos
GALANO.
Déclaration de Thessalonique, UNESCO, 1997.

MOTS-CLES : Education relative à l’Environnement ; Développement Soutenable ; Education Citoyenne ; Formation ; Démocratie.
REFERENCE : Programme de formation de la CTERA, Contact : Laura Maffei, Carlos Galano. CTERA. Rivadavia 3623.1204 Buenos Aires.
Argentine, email : lauramaffei@hotmail.com
LOCALISATION : Argentine.
REDACTEUR FICHE : Christian SOUCHON, Réseau Polis

Gisement Yolanda ZIAKA, Polis - Réseau International en Education à l’Environnement, B.P. 4, 84100 Ermoupolis, Syros, Grèce, Tél. : 30 / 22810 / 87804, Fax : 30 / 22810 / 87840, e-mail : polis@otenet.gr