International Network in Environmental Education
Accueil du site > 40. Εxpériences éducatives > Education à l’environnement urbain : des outils sur le thème "Transport et (...)

Education à l’environnement urbain : des outils sur le thème "Transport et circulation" : un jeu de rôle

1er 2004, par Jean-Louis COLOMBIES (Date de rédaction antérieure : 15 mars 1994).

Sensibiliser à la ville, la faire redécouvrir pour la reconnaître, se l’approprier pour en redevenir un acteur engagé, lucide, est l’enjeu de l’éducation à l’environnement urbain. Pour contribuer à un tel objectif, il faut éduquer à la complexité. C’est dans cet esprit et dans le cadre de son action pour l’éducation à l’environnement urbain, que le groupe environnement du CEMEA (Centre d’entraînement aux méthodes d’éducation active) a construit un outil pédagogique sur le thème "Transports et circulation", il s’agit d’un grand jeu de rôle, intitulé : "Le procès des moyens de transport".

Les objectifs de ce jeu sont de prendre conscience des avantages et des incon-vénients des divers modes de déplacement et de circulation et d’apprendre à gérer et concilier les différentes logiques qui les dominent. C’est aussi un moyen privilégié d’initier les participants à ce que pourrait être "l’écologie urbaine" par intégration de paramètres humains, sociaux, écono-miques et par repérage des interrelations.

Le jeu se déroule en plusieurs étapes, d’abord, la sensibilisation- lancement, au cours de laquelle, on constitue cinq équipes dont quatre opteront pour un mode de transport (bus, voiture, moto-mobilette, pied, vélo...) et une équipe juge. Chaque équipe y compris l’équipe juge vit un premier temps de lancement en utilisant par exemple une situation, la fiche "Transport-test" ou le jeu "Pour qui est faite cette rue ?", également imaginés par le CEMEA. Il s’agit de comprendre et de se mettre dans le rôle en observant, en faisant des constats.

Lors de l’étape suivante, les quatre équipes modes de déplacement mènent activement leur enquête en recherchant des arguments, des pièces à conviction, des rencontres et des témoignages à recueillir afin d’appuyer la défense de leur mode de déplacement (et de préparer quelques "bottes" contre les adversaires). L’équipe juge mène l’instruction activement en déterminant les axes et les enjeux du débat pour structurer le procès, pour rencontrer des solutions innovantes.

Avant le procès, l’équipe juge a proposé une organisation des débats (par exemple, tour à tour seront examinés les aspects pollution, liberté individuelle, rapports sociaux, coûts...). Après avoir réalisé les derniers travaux dans les équipes (ces axes peuvent aider à structurer les retours des enquêtes), le procès peut débuter. Sur chaque axe, à tour de rôle, chaque équipe donne ses arguments, témoi-gnage et pièces en sa faveur et/ou contre les autres. L’équipe juge peut intervenir dans les débats et elle lance l’acte d’accusation sur chaque axe. Enfin, la plaidoirie finale de chaque équipe est suivie du jugement en public porté par l’équipe juge qui donnera son verdict.

Le travail effectué avec ce groupe doit favoriser un jugement non manichéen. Il n’y aurait, a priori, pas de gagnant, chacun serait condamné à des améliorations, à des attitudes différentes, à la recherche de coexistences. De nouvelles inculpations sur d’autres niveaux de responsabilités seraient envisageables. On peut aussi imaginer un déroulement grandeur nature avec des collaborations d’adultes (témoins, public, salle officielle).

Le jeu de rôle constitue un outil privilégié de l’éducation à l’environ-nement dans la mesure où il permet d’aborder des sujets complexes où entrent plusieurs facteurs et où aucune solution n’est parfaite. Il permet aux participants de s’entraîner à une pratique de la démocratie et développe l’argumentation et l’esprit critique vis- à- vis des opinions et des attitudes. Bien que, selon ses concepteurs, cet outil soit loin d’être achevé, il peut malgré tout donner un sens, une stimulation pour travailler sur un thème important mais ardu et austère. Il faudrait également souligner que le pilotage et l’accompagnement des formateurs ou des animateurs est primordial.

P.-S.

Source : Jean-Louis COLOMBIES, CEMEA, 1 Chemin de Colasson, 31100 Toulouse, France

Rédacteur-Contact : Georgia LIARAKOU, Dionysou 7, 18533 Pireaus, Grèce

Gisement Yolanda ZIAKA, Polis - Réseau International en Education à l’Environnement, B.P. 4, 84100 Ermoupolis, Syros, Grèce, Tél. : 30 / 22810 / 87804, Fax : 30 / 22810 / 87840, e-mail : polis@otenet.gr

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0