International Network in Environmental Education
Accueil du site > 40. Εxpériences éducatives > Banques de données sur l’environnement

Banques de données sur l’environnement

1er 2004, par Yolanda Ziaka (Date de rédaction antérieure : 15 mars 1994).

La création des banques de données de la part des autorités publiques repose sur le constat que les politiques de l’environnement réclament la formation et la participation de tous les partenaires. Pour ce faire, il faut mettre en place des moyens d’information efficaces. "Idéal" est un service télématique consultable sur Minitel (36 15 IDEAL), co-produit par les départements et régions avec l’appui des ministères de l’Environnement, de l’Education nationale, de l’Intérieur, de la Recherche et de la Santé. Le but recherché étant de ne pas uniquement informer les spécialistes, mais de "tenir au courant" le grand public par l’emploi de moyens accessibles par le plus grand nombre.

IDEAL comporte plusieurs services :

- ECOTHEK : références bibliographiques et résumé de documents concernant l’urbanisme, l’eau, le sous- sol, la pollution, etc. (commande en direct des références consultées). Cette rubrique a reçu à elle seule 71 600 appels en 1990. Ses usagers sont surtout des professionnels de l’environnement, mais aussi des professionnels du tourisme, de la presse, etc.

- INFO-PLAGE : mis en place par le ministère de la Santé, donne la qualité des eaux de baignade sur les plages françaises, des conseils- santé, avec une mise à jour toutes les semaines pendant l’été ;

- EXPERT : des réponses de la part de 20 organismes à des questions sur la qualité de vie (réponses sous 48 heures),

- DECHETS : la rubrique : "Que faire de mes déchets ?" donne des renseignemens (adresses, etc.) sur l’élimination de déchets (industriels, domestiques) ainsi qu’une biblio-graphie, l’actualité des manifestations, des jeux pédagogiques sur les déchets, des conseils d’experts (21 000 appels pour l’année 1990) ;

- BRUIT : La législation sur le bruit, les actions qu’on peut entreprendre, des adresses.

- PAVILLON- BLEU : un choix de ports et de plages en Europe de qualité environnementale élevée ;

- ENVIRONNEMENTS : concerne l’environnement local (sites touristiques, manifestations) ;

- INNOVATIONS : Les actions pilotes des départements en matière d’environnement (objectifs et résultats, coûts, contacts), à l’attention des décideurs locaux et des professionnels.

Le service IDEAL a reçu globalement 300 000 appels en 1990. D’autres banques de données existent en matière de recherche scientifique en environnement, mises en place par des laboratoires de recherche et des minis-tères. Se pose ainsi le problème de leur interconnection éventuelle au niveau national et international qui se heurte au caractère confidentiel de certaines informations qu’elles détiennent, ainsi qu’à la non- compatibilité technique des systèmes informatiques utilisés. En dehors de IDEAL, accessible au grand public à travers le Minitel (à coût malheuresement très élevé), d’autres banques préservent leur caractère confidentiel en ne s’ouvrant qu’à un certain type de public par l’emploi de didacticiels spécifiques. Aussi, le Minitel n’est utilisable qu’en France : l’unification des codes en Europe, qui permettrait un accès international, se heurte au refus des producteurs des banques de données afin que la protection de leur fonds documentaire soit assurée. Or, il serait souhaitable que la plus grande transparence entoure le domaine de l’environnement, tant au niveau national qu’international.

Les banques de données sur l’environnement donnent une information pluridisciplinaire et decentralisée, à un public qui n’est pas accessible à travers le système scolaire et qui s’informe (et se forme) à travers les médias. Leur mission est éducative : vulgariser l’information scientifique sur l’environnement et contribuer ainsi à l’alphabétisation environnementale du grand public. Se pose pourtant le problème de la fiabilité des informations dispensées. Les données fournies sont choisies suivant des critères de choix que le public récepteur ne maîtrise pas, son rôle est donc essen-tiellement un rôle de consommateur de l’information sans possibilité de vérification de l’exactitude des données ou de la rigueur scientifique des analyses. Le danger est aussi que les banques de données se limitent à cautionner les politiques publiques sur l’environnement et les orientations de la recherche déjà effectuées à l’insu du citoyen. Le coût de la consultation reste en outre beaucoup trop élevé, donc prohibitif pour la grande majorité.

P.-S.

Source : 36 15 IDEAL (Minitel français).

Rédacteur - Gisement : Yolanda ZIAKA, Polis - Réseau International en Education à l’Environnement, B.P. 4, 84100 Ermoupolis, Syros, Grèce, Tél. : 30 / 22810 / 87804, Fax : 30 / 22810 / 87840, e-mail : polis@otenet.gr

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0