Parlement Mondial pour le 21e Siècle site web en françaissite web en anglaissite web en espagnol


Forum
Discussion
Synthéses
Documents
Calendrier
Participants
Inscrire
Contact
Pour un Parlement Mondial des Peuples

Gustavo Marin
Programme Avenir de la planète
Fondation Charles Léopold Mayer, Paris






[Texte présenté à la table-ronde 'Parlementaires et Elus Locaux' lors de la Conférence Dialogues de la Terre, organisée par la Croix Verte Internationale et le Conseil de la Terre à Lyon, France, du 21 au 23 février 2002.]

Une des principales propositions issues de l'Assemblée Mondiale de Citoyens qui s'est tenue à Lille, France, en décembre 2001, a été de lancer l'idée de préparer un Parlement Mondial des Peuples.

Cette proposition germait déjà dans les réflexions des groupes de travail de l'Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire depuis plusieurs années. En particulier, les chantiers thématiques travaillant autour des questions de gouvernance mondiale et du renouveau des systèmes politiques avaient mis en avant la nécessité d'une refondation des systèmes de gouvernance à l'échelle planétaire.

Il est significatif de constater que lors de l'Assemblée Mondiale de Citoyens, cette idée a été avancée par les participants du groupe de l'Amérique du Nord. En effet, Rob Wheeler, Coordinateur du Millennium Peoples Assembly Network basé à New York, a annoncé cette proposition lorsqu'il a rendu compte des travaux de ce groupe. Il est également significatif que Siddhartha, animateur de l'Alliance en Asie-Pacifique, basé à Bangalore, Inde, ait repris cette idée dans son discours de clôture de cette même Assemblée.

La recherche d'une nouvelle instance de représentation des citoyens à l'échelle du monde avait été avancée dès la fin de la deuxième guerre mondialepar les fondateurs des divers mouvements dits "mondialistes", tels que les Citoyens du Monde. Ces groupes préconisaient l'instauration d'un gouvernement mondial, capable de surmonter les frontières géographiques et étatiques, pour diriger les destins profondément brisés par les guerres. Mais la notion de gouvernement mondial était non seulement très controversée mais aussi difficilement applicable car le cadre politique de guerre froide qui s'est imposé entre les grandes puissances a gelé cette tentative.

Cependant, à l'époque de la mondialisation, un Parlement Mondial des Peuples devient une nécessité évidente. Non seulement les responsables politiques mais également les citoyens ressentent le besoin de bâtir une nouvelle instance capable de réguler les diverses propositions pour vivre en paix dans un monde de diversité.

La perspective de préparer un Parlement Mondial des Peuples s'est esquissée tout au long des années 80 et au début des années 90.Les Conférences organisées par les Nations Unies, suivies en parallèle par les rassemblement des ONG, ont annoncé l'émergence d'une nouvelle société civile à l'échelle mondiale. Nouvelle, car elle se débarrassait des anciens modèles idéologiques et des vieilles méthodes d'organisation sociale et politique et commençait à ouvrir de nouvelles voies pour faire face à la globalisation capitaliste. Recherche de nouveaux paradigmes, de nouvelles relations masculin-féminin, de nouveaux rapports entre générations, valorisation de l'interculturalité, de la diversité, revendications de nouveaux droits humains, recherche d'une nouvelle relation avec la Terre et avec l'Univers : tous ces éléments ont constitué un terrain fertile pour cette nouvelle société civile mondiale, de plus en plus pluriculturelle.

Cette émergence est survenue au moment où on assistait à des changements majeurs: la chute du mur de Berlin en 1989 marquait un point d'inflexion historique, la globalisation capitaliste devenait le système dominant incontesté… certains ont même affirmé l'avènement de " la fin de l'histoire". Les citoyens se sont retrouvés face à un capitalisme auquel ne s'opposait plus aucun adversaire idéologique ou économique, la société soviétique et ses satellites se décomposaient inéluctablement. Une nouvelle globalisation des marchés, financiers et commerciaux, une société de l'information rampante, une expansion de plus en plus forte de la modernisation capitaliste, ont profondément transformé l'économie, la société, la culture.

Mais dans ce nouveau et difficile contexte, la société civile mondiale a tracé un autre chemin. Au début du 21ème siècle, le premier Forum Social Mondial à Porto Alegre, Brésil, a représenté une perspective nouvelle de rassemblement de cette société civile mondiale, plus autonome des instances des Nations Unies. L'Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire, initiée en 1994, constitue également unedémarche inédite et pionnière des nouvelles formes de construction de cette citoyenneté à échelle mondiale qui se profile au seuil de ce nouveau siècle. D'autres alliances et réseaux internationaux se développent également, dont le Conseil International du Forum Social Mondial réunit environ une centaine.

La poursuite des Forums Sociaux Mondiaux constitue une perspective prometteuse. Le deuxième vient d'avoir lieu et a été plus suivi que le premier. Le prochain, en janvier 2003, sera réalisé de nouveau à Porto Alegre. Il sera précédé par de nombreux forums continentaux et thématiques. En janvier 2004, il est prévu de l'organiser en Inde et en 2005 dans un pays d'Afrique. Cette rencontre annuelle est un rendez-vous indispensable pour le rassemblement de diverses initiatives qui se battent pour une mondialisation citoyenne capable de contrecarrer l'hégémonie d'une globalisation dirigée par les puissances capitalistes, et notamment par les forces les plus conservatrices du système politique nord-américain.

Mais la poursuite des Forums Sociaux Mondiaux ou d'autres rassemblements internationaux nécessite d'être polarisée par la préparation d'un Parlement Mondial des Peuples. Sans la perspective de tenir ce parlement à moyen terme, à l'horizon 2010 ou avant si possible, les rencontres annuelles d'organisations et de réseaux qui oeuvrent pour une autre mondialisation peuvent se diluer ou s'éparpiller.

Cela étant dit, la préparation d'un Parlement Mondial des Peuples constitue un défi inédit. Bâtir une instance représentative, démocratique, à l'échelle du monde est une tâche à laquelle les citoyens n'ont pas été confrontés. Une représentation proportionnelle des populations et des cultures, une participation active des citoyens, une gestion responsable des élus, une utilisation ouverte des médias, un contrôle effectif de l'exercice du pouvoir par ceux sur qui ce pouvoir s'exerce sont des tâches qui font défaut dans les systèmes démocratiques à l'échelle nationale. Elles introduiront des problèmes encore plus accrus à une échelle mondiale.

De plus, les pratiques démocratiques ne sont pas répandues partout et par ailleurs, dans les pays qui se réclament d'une vielle tradition démocratique les phénomènes de corruption, d'impunité et de manque de transparence dans la gestion des affaires publiques, sont très fréquents.

L'invention de nouvelles instances de participation et d'action des citoyens, en complément des alliances, des forums, des partis ou des mouvements sociaux, est un défi crucial de cette époque. La préparation d'un Parlement Mondial des Peuples peut sembler une tâche immense, mais paradoxalement elle peut aider à surmonter certains obstacles dans la recherche d'un renouveau démocratique à l'échelle du monde. L'élan que cette nouvelle donne provoquera sur la scène internationale favorisera la remise en question des structures internationales et intergouvernementales qui demeurent entravées par des pesanteurs bureaucratiques imposés par les systèmes étatiques sur lesquels tout le monde s'accorde à dire qu'ils sont devenus obsolètes.

En définitive, l'élaboration collective et la validation amplement consensuelle d'une Charte des responsabilités humaines ou d'une Charte de la Terre pourront avoir lieu dans une instance nouvelle comme celle d'un Parlement Mondial des Peuples. La discussion de ces textes refondateurs par les organisations les plus variées de la société civile et par des responsables politiques, religieux et spirituels de toutes les cultures, constitue également un moyen essentiel de préparation de ce dit Parlement.

Un agenda citoyen du 21ème siècle s'esquisse à l'aube de ce siècle. Les Forums Sociaux Mondiaux, les Rencontres Continentales de l'Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire, l'Assemblée Mondiale de Citoyens, les Dialogues de la Terre, constituent, entre autres, de nouveaux rendez-vous que la société civile mondiale se donne à une époque où les crises et les guerres augurent un avenir sombre, voire plus sombre encore que celui qu'ont connu nos grands-parents au début du 20ème siècle. Un Parlement Mondial des Peuples peut paraître une ambition utopique. Elle peut être également une opportunité historique pour cette génération et la prochaine.
Alliance [FORUM]   [DISCUSSION]   [SYNTHÉSES]   [DOCUMENTS]   [CALENDRIER]   [PARTICIPANTS]   [S'INSCRIRE]   [CONTACT]   [ACCUEIL]
Fondation Charles Léopold Mayer © 2003