Parlement Mondial pour le 21e Siècle


Forum
Discussion
Synthéses
Documents
Calendrier
Participants
Inscrire
Contact
divider anglais ·original·
français
espagnol

message no. 198

en réponse à :

répondu par :
Synthèse No. 5 (25 novembre - 8 décembre 2002)

Arnaud BLIN
Equipe PM21





Résumé

2ème sujet sur l'architecture de la gouvernance global. Les politiques simultanées et les ambassades transnationales: est-ce que nous y sommes prêts? Comment est-ce qu'un PM aurait un impact pour façonner l'architecture de la gouvernance globale et avec quels moyens est-ce qu'il pourrait fonctionner? Les cités comme la future fondation de la démocratie. Un premier débat sur le PM et l'ONU. L'architecture de la gouvernance globale comme responsabilité, solidarité, pluralisme. La gouvernance mondiale comme un ordinateur. La suite de l'arbre à palabres.


Voici le premier résumé pour le 2ème sujet du forum: l'architecture de la gouvernance globale. Il inclura les messages pour les premières deux semaines du sujet.

Après une discussion sur les valeurs, but et principes d'un Parlement Mondial, nous passons maintenant à une discussion sur l'architecture de la gouvernance globale. En général, le débat était très animé, avec plusieurs échanges vifs mais toujours polis. Du même que dans la première discussion, l'échange a tourné autour de deux approches distinctes. Quelques participants ont préféré discuter sur ce qu'une nouvelle architecture du gouvernement globale * devrait * être tandis qu'autres ont tenu à regarder ce qui réellement * pourrait * être, les deux approches se complètent apparemment l'un à l'autre avec un certain chevauchement au milieu et quelques désaccords inévitables.

Les politiques simultanées et les ambassades transnationales
Une partie importante de l'échange s'a concentré sur l'idée des * politiques simultanées * (ou Simpol) et les * ambassades transnationales * qu'un participant a introduit dans la discussion.

Les politiques simultanées résultent d'un changement d'attitude de la part des acteurs internationaux qui décident de changer d'un régime de compétition internationale à un régime de coopération globale. Ce concept est fondé sur le principe que la communauté internationale soit venue à un consensus que permettrait encourager une existence équilibrée et une humanité harmonieuse. L'idée qui tient à cela c'est qu'aucun état ne s'engagera pas à avancer dans certains domaines tout seul mais qu'une communauté d'états pourrait le faire. Les politiques simultanées devraient être comprises principalement comme un outil pour la négociation.

Les ambassades transnationales reviennent à l'idée de la citoyenneté mondiale (citerrienne) introduit plus tôt. Ces ambassades fonctionneraient comme un réseau qui faciliterait et développerait des communications globales. Les ambassadeurs représenteraient plutôt les continents que les pays et agiraient en tant que * médiateurs techniques au service de l'humanité. *

A quel point c'est faisable la création de ces institutions? Pour quelques participants, l'établissement de politiques simultanées et ambassades transnationales exigerait quelque chose qui n'existe pas, au moins pas encore: des individus capables d'exécuter ces tâches. En discutant sur cela, un participant a suggéré que "Ce serait nécessaire avoir une base d'êtres libres, libres de tous les préjugés en rapport avec les racines culturelles et les réseaux d'adhésion, sans engagements personnels ou émotifs". Une tâche découragée au niveau local, permise seulement au global.

Même sans discuter au sujet de la capacité courante du monde pour tenter de telles politiques, quelques participants pensaient que ce serait déjà difficile de venir à un accord général concernant la nature des politiques simultanées. Mais il y avait d'autres plus optimistes qui ont exprimé qu'un Parlement Mondial peut être seulement le type d'institution qui pourrait aider aux politiques simultanées à être définies et appliquées, en coopération avec autres acteurs clés de l'architecture courante de la gouvernance globale.

Comment? Avec quels moyens?
La faisabilité de ces idées nous apporte à un autre aspect de la discussion qui nous occupera pas seulement dans ce sujet particulier mais au long de tout le forum: comment (est-ce qu'un PM aurait un impact pour façonner l'architecture de la gouvernance globale) et avec quels moyens est-ce qu'il fonctionnerait? Sur cette question, on a soulevé plus de questions pour l' instant que des réponses. Il y avait des questions de base telles que qui peut payer les ambassadeurs transnationaux ou quels moyens un PM peut avoir (ou pas avoir) pour influencer les gouvernements pour dépenser mieux leur argent. Une liste des coûts de plusieurs politiques (affiché sur le forum) commodément a montré que pour certains gouvernements serait facile d'en résoudre quelques-uns des problèmes courants d'aujourd'hui si ces gouvernements avaient choisi par exemple d'investir un peu moins sur la défense. Comment est-ce qu'on peut influencer les gouvernements pour faire cela, c'est un autre problème, et c'est un des problèmes principaux que peut-être un PM devra résoudre. Un participant a mis la question dans ces termes: quels moyens de dissuasion un PM devrait avoir pour mobiliser les citerriens en masse afin qu'ils exercent une vraie pression démocratique et obtiennent le désarmement partiel de leurs états-nation? Sans aller plus loin, comment est-ce que nous assurerions que les fonds atteindraient réellement leurs destinataires légitimes?

Des villes-Etat?
Tout le monde qui a lu la philosophie grecque sait que le modèle original pour démocratie est la cité. En fait, jusqu'à le 18ème siècle on a toujours cru que seulement les cités pourraient fonctionner démocratiquement. Un participant a suggéré que nous jetons un coup d'oeil plus proche sur les villes comme une fondation pour un gouvernement global plus démocratique aujourd'hui. "Les villes sont des concentrations naturelles et volontaires de gens dans les communautés organisées avec systèmes locaux d'autonomie organisée", dit "et beaucoup d'eux ont des Assemblées citadines périodiques ou des événements du type * rencontres citadins *. Ils sont aussi clairement définissables par leur limite géographique et leur dimension de population. En conséquence, ils ne sont pas fondamentalement compétitifs ou militants, comme le sont les états-nation avec leurs limites artificielles, débattues". Elle ajoute qu'on pourrait envisager un système de * villes globales * lequel convoquerait chaque couple d'années un événement ouvert et disponible aux citoyens dans un rayon de jusqu'à six million d'individus, y compris les villes adjacentes, les villages et les fermes. Avec plus de villes impliquées, les délégués viendraient progressivement de toutes les parties du globe.

La représentation, dans le contexte des villes état ou en général, est un des problèmes que plusieurs participants voient comme fondamental dans la création d'un P M. Un participant a résumé cette inquiétude: "Comment assurer que ce nouveau parlement mondial - en pleine gestation - ne va pas répéter les mêmes erreurs faits par les États si la représentation des citoyens les plus pauvres dans le monde est petite, c.-à-d. absolument absent? "

Le Parlement mondial et l'ONU
Une des questions de l'ordre du jour était le rapport entre un PM et les Nations Unies. En bref, est-ce qu'un PM devrait remplacer l'ONU, est-ce qu'il devrait le compléter, est-ce qu'il devrait agir pour le réformer? Un participant a lancé cette discussion en disant que le PM ne devrait pas essayer de remplacer l'Assemblée Générale de l'ONU. mais plutôt devrait essayer de coopérer avec lui et agir comme un groupe de pression fort de la société civile qui force l'ONU à travailler dans un chemin plus démocratique et avoir plus de force et plus de compétences. Aucun doute qu'on va dire plus sur ce sujet dans le futur.

Les fondements de la gouvernance globale
Nous terminerons le résumé de cette semaine avec deux commentaires sur les fondements générales d'une architecture globale. Un participant a décrit succinctement l'architecture de la gouvernance globale comme étant construite sur la responsabilité, la solidarité et la pluralité: "Elle doit être se responsabiliser dans éviter la misère et les inégalités, doit être unie dans l'invention d'autres chemins de développement, pluriels, en prenant compte des cultures des hommes et des femmes pour construire des politiques globales." Autre participant a imaginé le système mondial comme un "ordinateur individuel énorme qui nous demande de changer ensemble plutôt le logiciel de fonctionnement que le système lui-même."

Pour inviter chacun de nous à continuer cette discussion, je terminerai encore sur la métaphore du PM comme un arbre à palabres que beaucoup de nous avons apprécié vraiment, y compris un participant qui suggère que nous y concentrons les questions essentielles du PM:

1. quel genre d'arbre? 2. où est-ce qu'il est planté? 3. comment est-ce qu'il grandit? comment est-ce que nous pouvons le faire devenir assez rapide pour résoudre notre problème énorme et harmonieusement en même temps? 4. qui s'assied là étant donné que c'est impossible pour les gens de tout le monde au même temps? 5. qu'est-ce qu'il se passe avec les décisions prises sous l'arbre? 6. comment est-ce que faisons pour que ces décisions aient un impact?
Alliance [FORUM]   [DISCUSSION]   [SYNTHÉSES]   [DOCUMENTS]   [CALENDRIER]   [PARTICIPANTS]   [S'INSCRIRE]   [CONTACT]   [ACCUEIL]
Fondation Charles Léopold Mayer © 2003